Rencontre avec… Christian Dargnat, président de l’Efama (European Funds and Asset Management Association)

« Les deux approches doivent pouvoir perdurer et être sécurisées »

le 04/06/2015 L'AGEFI Hebdo

« Les deux approches doivent pouvoir perdurer et être sécurisées »
(DR)

L’encadrement des activités financières non bancaires oblige Bruxelles à reconsidérer les règles de fonctionnement du marché des OPCVM monétaires…

C’est un sujet essentiel non seulement pour l’industrie de la gestion d’actifs mais également pour le financement de l’économie. A fin mars 2015, les fonds monétaires à valeur liquidative (VL) constante (Cnav) pesaient 470 milliards d’euros et les fonds à VL variable (Vnav) 440 milliards d’euros. Ces fonds européens achètent 38 % des émissions bancaires et 20 % des papiers émis par les entreprises et les Etats.

Les nouveaux véhicules portés par le Parlement soulèvent de nombreuses questions, car aux contraintes de liquidité et de diversification viennent se greffer un contexte de taux bas, pénalisant pour cette industrie. Dans l’ensemble, cette réglementation est en contradiction avec l’actuelle politique de la Commission européenne en matière d’union des marchés de capitaux. Si la Grande-Bretagne, l’Irlande et le Luxembourg ont une très forte tradition de fonds Cnav, l’Europe continentale est davantage tournée vers les fonds Vnav avec la France comme tête de pont. Ces deux approchent doivent pouvoir perdurer et être sécurisées.

Ces fonds ont été montrés comme un facteur de propagation de la crise en 2008…

Contrairement à une banque, l’argent confié par les investisseurs est remis aux banques dépositaires qui en assurent la restitution. La société de gestion n’est ici qu’un agent. Ainsi, si le gestionnaire fait faillite, les capitaux sont remis aux clients finaux. Par ailleurs, cette industrie présente une importante capacité de « substitution ». Les investisseurs peuvent être volatils et opérer des mouvements de rachat ou de souscription en quelques minutes. Les flux circulent d’un établissement à un autre.

A lire aussi