La dette de la Cades s’exporte bien

le 22/01/2015 L'AGEFI Hebdo

Anti-perpétuel. Des émissions en dollars, une demande en provenance d’Asie et impulsée par les banques centrales, la dette de la Cades – la caisse d’amortissement de la dette du plus gros budget français, celui de la Sécurité sociale – dispose d’un spectre large et mondial. En 2014, la Cades a levé 18,2 milliards d’euros dont deux importants emprunts en dollars, un de 5 milliards de dollars à 3 ans et un de 3 milliards à 10 ans. Pour 2015, il est prévu un volume d’émissions de 16 milliards auquel s’ajoutera un programme de 7 milliards d’euros de titres courts (papier commercial et billets de trésorerie). Une première émission de 3 milliards à 8 ans a eu lieu le 16 janvier, souscrite aux trois quarts par des institutions européennes et pour moitié par des banques. L’an dernier, les banques centrales ont représenté 53 % de la demande des investisseurs, 46 % de cette demande provenait d’Asie. Depuis sa création, la Cades a repris 226,7 milliards de dette sociale et reçu 141,1 milliards de ressources (CSG, CRDS, FRR), ce qui lui a permis de verser 44,4 milliards d’intérêts et de rembourser 96,7 milliards de capital. Cette dette amortie au fil du temps a permis de diminuer la dette publique française de plus de 5 points de PIB (4,5 % du PIB de 2014).

A lire aussi