La vraie bataille sur la valeur constante est aux Etats-Unis

le 10/10/2013 L'AGEFI Hebdo

La fin du système de la valeur liquidative (VL) constante pour les fonds monétaires américains ? Après une première tentative sans succès en 2012, la Securities and Exchange Commission (SEC) a présenté fin juin, sous la pression du Trésor américain, son projet de réforme, prévoyant, parmi deux options, le passage d’une VL constante à une VL variable. Ces fonds, qui font le gros du marché outre-Atlantique, ont été en première ligne pendant la crise de liquidité de 2008 en raison des énormes rachats enregistrés à l’époque, dans le sillage du défaut du plus ancien fonds monétaire américain, le Reserve Primary Fund. Une réforme radicale pour de nombreux professionnels. Cette évolution risquerait de provoquer, selon eux, d’importants retraits et de mettre en péril cette industrie, avec pour conséquence une réduction du financement court terme. Rien qu’aux Etats-Unis, ce marché pèse 2.600 milliards de dollars. Le financement serait simplement redirigé vers d’autres canaux (banques notamment), rétorquent les partisans de la réforme. De plus, certains types de fonds (ceux investis en titres court terme du Trésor et les produits destinés aux particuliers) sont exemptés. Quoi qu’il en soit, un deuxième mécanisme est sur la table : permettre aux fonds de mettre en place des restrictions de rachats en cas de tension sur les marchés, voire d’appliquer des droits de sortie jugés décourageants de 2 %. Une solution proposée par la SEC et plus acceptable pour les professionnels du secteur, la première ayant été soufflée par le Trésor.

A lire aussi