L'avis de... Olivier Rudez, responsable de l’alpha management et gérant de portefeuilles de performance absolue chez THEAM

« Les volumes colossaux sont un gage de liquidité »

le 09/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Les devises sont-elles une classe d'actifs à part entière ?

En effet, les devises sont devenues depuis quelques années un moteur de performance à part entière et plus seulement un outil de couverture. Le marché des devises s'est d'ailleurs considérablement développé pour devenir le plus important au monde. Les volumes de transactions quotidiens sont passés de 1.500 milliards de dollars au début des années 2000 à 4.000 milliards en 2010, d'après la dernière étude disponible de la Banque des règlements internationaux. Ces volumes colossaux sont un gage de liquidité non seulement pour les devises du G7 mais aussi désormais pour les principales devises émergentes.

Quelles sont les spécificités du marché des devises ?

Il se caractérise par une grande hétérogénéité de son univers d’investissement, ainsi que par la diversité de ses intervenants : des sociétés de gestion, des banques commerciales ou de marché, des entreprises et bien entendu des banques centrales qui poursuivent avant tout un objectif de rendement à court ou moyen terme. L'intervention des banques centrales crée des opportunités pour les autres acteurs, mais c'est aussi un défi permanent car leurs mouvements sont parfois peu lisibles et donc difficiles à anticiper.

Comment se situent les devises en termes de niveau de risque ?

La volatilité des devises se situe en moyenne entre celle des obligations et celle des actions sur longue période. Mais certaines devises peuvent parfois être aussi volatiles que les actions. Ainsi, la volatilité implicite 3 mois de l'euro/yen s'élève aujourd’hui à 15 %, un niveau comparable à celui de l'indice S&P 500 en ce moment. A titre de comparaison, la volatilité de l'euro/dollar n'atteint que 8,5 % actuellement, tandis que celle du zloty polonais contre yen s'établit à 16 % après un pic à 22 % ces derniers mois. Il faut donc réfléchir, dans nos portefeuilles de performance absolue, aux combinaisons de devises les plus adaptées à notre stratégie, non seulement en termes de potentiel de performance mais aussi de risque. La décorrélation de cette classe d’actifs aux autres constitue un atout supplémentaire qui justifie l’utilisation des devises dans une gestion de type performance absolue.

A lire aussi