Dossier Forum de la Gestion d'actifs

Vers une inévitable hiérarchisation des fonds flexibles

le 06/10/2011 L'AGEFI Hebdo

La chute brutale des marchés au mois d'août a été le premier test grandeur nature pour nombre de ces produits.

Cet été, de nombreux fonds flexibles ont connu leur premier test grandeur nature avec un plongeon de plus de 15 % du DJ EuroStoxx 50 en août. « Il faut évaluer les fonds flexibles sur un cycle complet pour tester leur profil asymétrique », prévient Franck Nicolas, directeur de l'allocation globale de Natixis Asset Management. Or de nombreux produits ont été lancés en 2009, en réaction à la crise de 2008. Leur troisième anniversaire sera donc l'occasion de valider leur concept. « La gestion flexible ne sortira ni renforcée, ni affaiblie de cette crise, estime Franck Nicolas. Mais on verra apparaître une hiérarchie entre les produits ayant rempli leur mission et les autres. »

Transparence

Cette mission consiste à accompagner les hausses du marché et à résister en phase de baisse. Pour y parvenir, les fonds flexibles peuvent faire varier leur exposition aux actions entre deux curseurs (0 à 100 % pour les plus libres) au gré des anticipations de leur gérant. « Les investisseurs ne peuvent plus accepter des pertes de 30 % à 40 %. La solution consiste à identifier les changements de tendance des marchés pour limiter les pertes extrêmes lors des crises financières : la leçon de la crise de 2008 met en avant les avantages de la gestion asymétrique », analyse Arnaud Faller, directeur des investissements de CPR Asset Management, dont la gamme flexible a justement été lancée fin 2008. Trois ans plus tard, le sujet est plus que jamais d'actualité.

La concurrence entre les fonds flexibles se joue bien entendu sur le terrain de la performance, mais aussi sur celui de la communication : les investisseurs institutionnels attendent de la transparence et des reportings précis sur les produits en cette période complexe. « Nous avons été réactifs en termes de communication en août vis-à-vis de nos clients, en organisant des conférences téléphoniques pour leur expliquer les décisions de gestion et donner notre point de vue sur les marchés », confirme Franck Nicolas. Car ce n'est pas parce qu'un fonds a la possibilité de faire varier son exposition au marché que la désensibilisation intervient au bon moment. Il s'agit au contraire d'un exercice particulièrement délicat, pour lequel chaque société de gestion développe son propre process.

Certains produits ne jouent que sur le curseur de l'exposition au marché actions : le solde du portefeuille est systématiquement basculé en monétaire. D'autres, en revanche, combinent plusieurs moteurs de performance : actions, obligations d'Etat, d'entreprises, dette émergente, obligations convertibles, etc. A noter, certains fonds se limitent à la zone euro tandis que d'autres préfèrent un terrain de jeu mondial.

Chez Natixis AM, l'heure est avant tout à la personnalisation de l'offre pour les investisseurs institutionnels, via des mandats plutôt que des fonds flexibles. Cela permet de proposer des solutions calibrées en fonction des besoins du client, tant sur le degré de flexibilité que sur les actifs autorisés en portefeuille. Certains investisseurs institutionnels ne souhaitent pas, par exemple, être exposés au risque de change dans ce type de mandat flexible. Car le process du fonds flexible doit pouvoir s'intégrer à l'allocation d'actifs de l'investisseur institutionnel, soit dans la poche actions, soit dans une poche de gestion diversifiée. Autant de contraintes auxquelles les gérants s'adaptent. Seule véritable limite, les actifs en portefeuille doivent être parfaitement liquides afin de permettre une grande réactivité dans la gestion de l'exposition au marché. « Le portefeuille est rebalancé automatiquement le premier jour de chaque mois en fonction des signaux délivrés par notre modèle de gestion, explique Arnaud Faller à propos des fonds CPR Reflex, reposant sur un process de gestion systématique. Ainsi, la part en actifs risqués de CPR Reflex Cible 100 est passée de 43 % en juillet à 0 % en août. » Ce qui a permis au fonds d'afficher une performance de +0,80 % en août.

A lire aussi