TTF, la BCE veut avoir son mot à dire

le 30/05/2013 L'AGEFI Hebdo

Droit de regard. « Nous sommes prêts à nous engager de manière constructive auprès des gouvernements et de la Commission européenne afin de garantir que la taxe n'aura pas d'effets négatifs sur la stabilité financière », a indiqué Benoît Coeuré, membre du directoire de la Banque centrale européenne (BCE) au Financial Times daté du 27 mai. Ces propos suivent les nombreuses critiques portées au projet de la Commission de la part de l'industrie financière mais aussi de banquiers centraux comme Jens Weidman, le patron de la Bundesbank. La Commission, pour sa part, campe sur ses positions dans ses réponses (26 pages) à l'industrie. Les principales critiques portent sur la collecte de la taxe et son impact sur le marché du repo et l'industrie des fonds monétaires. Onze pays dont la France et l'Allemagne se sont engagés à la mettre en œuvre.

A lire aussi