Toujours plus de défis pour les gestions

le 14/06/2013 L'AGEFI Hebdo

Rendement des actifs sans risque très faibles dans un contexte de répression financière, marchés financiers volatils, avalanche de réglementations, pression sur les marges du fait d’une concurrence exacerbée et d’un mix produit défavorable, l’industrie de la gestion d’actifs fait plus que jamais face à des défis multiples, malgré une progression des encours depuis le début de l’année… Seules les sociétés qui sauront s’adapter rapidement à ce nouvel environnement en sortiront gagnantes. Le décollement du marché des loans est à ce titre très prometteur.

Certes, la directive Ucits IV a grandement facilité la distribution de fonds en Europe, fludifiant le marché unique des OPCVM en Europe, en accélérant les procédures de commercialisation transfrontalières et en créant de nouveaux outils tout en renforçant la protection de l’investisseur. Mais le développement international, désormais le graal pour les sociétés de gestion européennes, nécessite des moyens qui ne sont pas à la portée de tous les acteurs.

Toutefois, pour rayonner à l’étranger, certaines places financières restent incontournables... Dublin et surtout le Luxembourg continuent à tirer leur épingle du jeu, tant en termes de stabilité fiscale et administrative que de services. Et l’avènement de la directive AIFM, la création d’un marché européen pour l’ensemble des fonds d’investissement alternatifs, ne devrait qu’accélérer ce phénomène. Gare cependant au laxisme de certains régulateurs…

Quand à la bataille entre gestion active et passive, elle est plus que jamais à l’ordre du jour. La progression phénoménale des ETF ne se dément pas, l’intérêt pour les betas alternatifs leur offrant même un nouveau moteur de développement, même si les stratégies d’alpha continuent d’attirer les investisseurs… Il y a encore de la place pour le gérant talentueux !

A lire aussi