Les taux d'intérêt de la dette française au plus bas

le 11/04/2013 L'AGEFI Hebdo

Germanisation. Les paris sur la remontée en 2013 des taux d’intérêt à long terme servis sur les titres publics en zone euro sont pour l’instant mal engagés. La dette publique française est en train de fournir un cinglant démenti à ce scénario : l’OAT 10 ans ressortait à 1,71 % le 8 avril. Mieux, en début de mois, l’OAT 30 ans est passée pour la première fois sous le niveau des 3 % et s’approchait de 2,80 % le 8 avril. Le taux du 2 ans s’affiche désormais à 0,10 % et celui du 5 ans (BTAN) à 0,67 %. La courbe des taux française est désormais comme son homologue allemande, négative en termes réels. Les premières explications des analystes ont été de faire le lien entre ce mouvement sur les taux français et l’annonce d’un vaste programme d’assouplissement quantitatif portant sur des achats massifs de titres de la part de la Banque du Japon. Les investisseurs japonais seraient à la recherche d’actifs étrangers et l’OAT bénéficierait de ces flux (le Bund étant jugé trop cher). La situation quasi permanente de crise en zone euro et l’environnement économique déflationniste sont aussi favorables à la recherche, de la part des investisseurs, d’actifs sûrs et liquidités (

safe haven).

A lire aussi