Swiss Life donne une nouvelle envergure à sa gestion d’actifs

le 06/12/2012 L'AGEFI Hebdo

D’ici à fin 2015, le groupe suisse veut accroître de 10 milliards de francs les encours de la clientèle externe et augmenter de 20 % le résultat de ce métier.

La gestion d’actifs de Swiss Life fait peau neuve. Dans le cadre de son plan stratégique 2013-2015, l’assureur suisse va fédérer toutes ses activités dédiées sous une nouvelle marque commerciale ombrelle. Adieu Swiss Life Asset Management, place désormais à Swiss Life Asset Managers. « Jusqu’à présent, nous opérions avec différentes entités juridiques et différentes marques dans différents pays, explique Jean-Pierre Grimaud, directeur général de Swiss Life Asset Managers. Désormais, nous gagnons en lisibilité et rendons notre organisation plus compréhensible en dehors de nos pays historiques. »

Une impérieuse nécessité alors que Swiss Life Asset Managers s’est assigné une nouvelle feuille de route pour les trois prochaines années. Son objectif : accroître de plus de 20 % sa part dans le bénéfice du groupe. « Notre but est d’augmenter notre résultat opérationnel de plus de 20 % et nos commissions nettes de 20 % à 30 % d’ici à fin 2015 », a annoncé Patrick Frost, directeur des investissements de Swiss Life, à Zurich ce 28 novembre.

L’an dernier, la gestion d’actifs a déjà généré 272 millions de francs suisses (225,7 millions d'euros) d’honoraires. Mieux, entre 2009 et 2011, le résultat opérationnel de ce métier a progressé de plus de 60 %, passant de 77 à 130 millions de francs suisses. Un résultat qu’elle entend désormais porter à 156 millions de francs suisses d’ici à 2015. Pour y parvenir, la société de gestion compte mettre les bouchées doubles pour accélérer le développement de son activité pour compte de tiers.

L’enjeu est crucial. La clientèle externe ne représente que 32 % de ses honoraires et seulement 12,2 % de ses actifs sous gestion (134 milliards de francs suisses au total fin 2011). « En quatre ans, les actifs gérés pour compte de tiers ont doublé, passant de 8 milliards en 2008 à 16 milliards de francs suisses à fin 2012, nuance toutefois Jean-Pierre Grimaud. D’ici à fin 2015, nous voulons augmenter de 10 milliards d’euros les encours de la clientèle externe. »

« 2 milliards devront venir de l’augmentation de la valeurs de nos actifs et le solde d’une collecte nette d’environ 2 milliards par an », a d’ailleurs précisé Patrick Frost. Alors que les institutionnels représentent déjà près de 75 % de ses clients externes, « leur nombre devrait augmenter de plus de 20 % à horizon 2015 », a ajouté Patrick Frost.

S’ouvrir à d’autres pays

Le groupe suisse va redoubler d’efforts pour étoffer ses offres, notamment en gestion obligataire et dans l’immobilier. « Nous allons renforcer notre expertise sur les actions et allons développer une activité dédiée aux infrastructures depuis Zurich », ajoute même Jean-Pierre Grimaud. En parallèle, Swiss Life Asset Managers compte augmenter sa puissance de frappe commerciale et de distribution. L’objectif est double. D’une part, la société de gestion veut accroître ses parts de marché dans ses pays historiques, à savoir la Suisse et la France, en renforçant ses forces de vente. De l’autre, elle cherche à s’ouvrir à de nouveaux territoires. Ainsi, « nous allons prochainement ouvrir un bureau en Allemagne pour développer notre activité pour compte de tiers », avance Jean-Pierre Grimaud.  

De même, la compagnie entend courtiser les investisseurs institutionnels, et en particulier les fonds de pension, des pays scandinaves en misant sur ses offres en gestion immobilière. « A partir de nos expertises en France, en Suisse et en Allemagne, nous pouvons bâtir une offre dédiée à l’immobilier pour cette clientèle scandinave qui recherche de la diversification », indique Jean-Pierre Grimaud, tout en précisant que « l’équipe de vente opérera depuis Londres ». Autant d’initiatives qui doivent permettre à Swiss Life Asset Managers de rejoindre le peloton des ténors de la gestion européenne.

A lire aussi