Suspicion générale

le 16/01/2014 L'AGEFI Hebdo

Août 2007, le marché monétaire américain se grippe. S'ensuit une crise de défiance majeure entre les banques avec la mise à l'arrêt des marchés interbancaires. Le reste est connu : la crise de défiance s’étend aux finances publiques venues au secours des systèmes bancaires et considérées par d'aucuns comme trop laxistes depuis trop longtemps. De financière, la crise de défiance devient économique, puis sociale. Plus personne n'accorde de crédit à autrui. Manque encore le volet politique. A cet égard, les élections européennes seront un bon thermomètre de l'expansion de la défiance à tous les terrains. Le dernier sondage Cevipof Opinion Way n'augure rien de bon : à peine un quart des sondés font confiance aux autres, c'est-à-dire la plupart des gens. Que dire des politiques, journalistes, analystes et responsables syndicaux envers qui la défiance est totale ?

A lire aussi