So british

le 14/11/2013 L'AGEFI Hebdo

Quel est le pays européen susceptible de connaître de violentes turbulences au cours des prochaines années ? Pour les marchés financiers, la réponse est simple : c'est soit un pays du sud – l'Italie ou la Grèce –, soit, pourquoi pas, la France, jugée incapable de mettre en œuvre les fameuses réformes structurelles tant réclamées. Pour l'hebdomadaire The Economist, il en va tout autrement. Le pays le plus exposé au risque est tout simplement le Royaume-Uni. A juste titre d'ailleurs. En mai prochain, les Britanniques devraient envoyer une palanquée d'eurosceptiques au Parlement européen. En septembre, les Ecossais pourraient se prononcer en faveur de leur indépendance et opter pour l'euro. Last but not least, fin 2017 au plus tard, les Britanniques seront consultée par référendum sur leur volonté de rester ou non dans l'Union européenne. Autrement dit, choisir entre la Grande-Bretagne et la Petite Angleterre. La City risque d’y perdre des plumes. On se pince.

A lire aussi