Scor Global Investments investit dans la gestion de ses données

le 19/07/2012 L'AGEFI Hebdo

Pour automatiser leur contrôle, la société de gestion vient de se doter de la plate-forme de data management Markit EDM.

Jusqu’à présent, les clients qui adoptaient notre plate-forme de 'data management' Markit EDM étaient plutôt des acteurs Tier one comme UBS, HSBC ou la Banque Postale Asset Management. Je trouve donc assez symptomatique qu'une société de gestion comme Scor Global Investments décide de se doter d’un tel outil pour contrôler ses données et réduire ses coûts.» Pour Franck Willaime, directeur Europe continentale de Markit EDM, le choix de SGI reflète une tendance lourde au sein de l'industrie financière. Sous l'impulsion de nouvelles régulations comme Solvabilité II, EIMR ou AIFM, la gestion des données est devenue une priorité pour des acteurs contraints d’instaurer plus de transparence et de qualité dans les données qu'ils achètent à des providers comme Bloomberg, Reuters ou Markit.

Chez SGI, cette problématique s’est imposée un an après la création de cette société de gestion qui avait en portefeuille fin 2011 13 milliards d'euros d'actifs. Car si au départ, SGI avait vocation à gérer l'ensemble des actifs de sa maison mère, le groupe de réassurance Scor, la société de gestion a depuis ouvert ses portes à des clients externes, avec une volonté affirmée de développer cette activité. «Nous avons donc en amont décidé d'engager une réflexion afin de diversifier nos sources de données, de gagner en qualité et d’anticiper un accroissement de notre activité via l'automatisationdes contrôles», explique Yves Scherrer, responsable des projets de SGI.

L’appel d’offres lancé en mars 2011 auprès de trois éditeurs est finalement remporté par Markit, avec sa solution Markit EDM. «Ce qui a principalement fait la différence, c'est l’ouverture et la souplesse de la solution, confie Yves Scherrer. Par ailleurs, la licence à payer chaque année permettait d’inclure à notre guise un nouveau «provider» sans que cela affecte son prix.» Pour des questions pratiques et économiques, le projet d’intégration est segmenté en deux lots. Après huit mois de projet, le lot 1, incluant les prix, les indices et les calendriers, est opérationnel en mars dernier, la plateforme étant hébergée dans le centre principal de données du groupe.

Une plate-forme 100 % Microsoft

«L’outil déployé chez SGI est une plate-forme 100 % Microsoft, avec les technologies SQL en base de données, .net en écran et Silverlight pour le client léger, révèle Franck Willaime. Il a aussi la particularité de pouvoir être connecté à tous les grands fournisseurs de données et aux principales applications de 'front-to-back', de 'trading' et de risques grâce aux 150 'plug-in' (modules d’extension de fonctionnalités, NDLR) que nous avons développés.»

Chez SGI, la plate-forme Markit EDM reçoit désormais chaque jour les prix pour les valeurs et indices, ainsi que les calendriers fournis par trois providers : Bloomberg, Interactive Data et Copp Clark. Après avoir acquis et contrôlé les données, Markit EDM produit des golden copy qui sont ensuite distribuées vers le logiciel Dimension de SimCorp. «Auparavant, nous effectuions ces contrôles a posteriori et manuellement, ce qui était très consommateur de temps pour les deux personnes qui travaillent à la base valeurs, et ne nous permettait pas d'intégrer ces contrôles dans le 'reporting' produit pendant la nuit. Depuis que nous avons mis en place Markit EDM, le premier 'reporting' de valorisation de notre portefeuille, disponible en tout début de journée, prend en compte les contrôles effectués automatiquement par la plateforme pendant la nuit, contrôles que nous avons nous-mêmes paramétrés en fonction de nos besoins. Nous avons donc amélioré la qualité de nos données, et aujourd'hui, les deux collaboratrices qui travaillent à la base valeurs ne passent plus leur matinée à contrôler des données basiques.»

Autre avantage, l'interface mise en place par Markit EDM se révèle plus lisible, car au lieu d’afficher comme auparavant deux prix pour une même valeur, la plate-forme n'en affiche qu’un seul. «Ce qui nous permet d'avoir dans notre référentiel prix une 'golden copy', souligne Yves Scherrer. Sur le lot 2, qui concerne les fiches valeurs, les développements sont toujours en cours. L’objectif étant là encore de comparer Bloomberg avec Interactive Data sur les principales informations qui composent ces fiches. La mise en production est prévue pour la fin de l'année…

A lire aussi