Retraites en Europe, la part de la répartition va diminuer

le 19/01/2012 L'AGEFI Hebdo

Gouffre. Le financement des retraites, de plus en plus complexe et difficile, n’a pas fini d’être débattu. Selon le cabinet Debory Eres, qui a procédé à la deuxième édition de l’Observatoire des retraites européen, les régimes par répartition européens ne devraient pas offrir plus de 40 % des revenus en moyenne d’ici à 50 ans. Le taux de remplacement en Italie, de 70 % aujourd’hui, parmi les plus élevés de l’Europe, pourrait tomber à 50 % en 2060, et celui de la France, de 60 % environ à l’heure actuelle, s’approcher à terme des 40 %. Debory Eres évalue en outre le déficit d’épargne retraite en Europe à une à deux fois le PIB de l’Union européenne (de 12.000 à 24.000 milliards d’euros). Les fonds de pension devraient aider à le combler mais leur contribution ne sera pas suffisante. Estimant que l’une des solutions destinées à réduire le manque à gagner est d’allonger la durée de travail, le cabinet relève aussi que, afin de compléter leurs revenus, de plus en plus de retraités continuent à travailler après leur départ à la retraite. Cette tendance pourrait un jour imiter celle des Etats-Unis où, en moyenne, un tiers des revenus des retraités provient du travail.

A lire aussi