L'avis de... Bei Xu, économiste, économiste de Natixis

« Le resserrement monétaire touche déjà les PME »

le 07/07/2011 L'AGEFI Hebdo

La Chine peut-elle lutter contre l’inflation sans ralentir sa croissance ?

Il y a un conflit d’objectifs entre la croissance, le change et l’inflation en matière de politique économique. On peut pourtant tous les ramener à un seul but : la stabilité sociale et politique. Le gouvernement considère que l'objectif de croissance pour 2011 est acquis et concentre ses efforts sur la lutte contre l’inflation, au prix du ralentissement actuel. Cela dit, ce ralentissement est modeste. Nous prévoyons une croissance de 9,4 % cette année et une inflation de près de 5 % .

L’inflation actuelle nuit-elle à la consommation ?

Théoriquement, l’inflation, que nous estimons plutôt à environ 10 %, n’est pas assez forte pour faire baisser le pouvoir d’achat des salariés car le salaire moyen augmente de 13 % à 14 % par an. Le problème est que l'inflation ressentie est bien au-dessus de l'inflation officielle, ce qui pèse sur la confiance des ménages et freine la consommation. De plus, les ménages à revenus moyens et faibles conservent la quasi-totalité de leur épargne sous forme de dépôts bancaires, qui ne sont rémunérés qu’à 3,25 % à 1 an. Il y a un effet richesse négatif. On commence à voir des signes de ralentissement, comme la baisse de la croissance des ventes au détail.

La politique monétaire est-elle efficace ?

Le resserrement monétaire exerce des effets retardés sur la maîtrise de l’inflation. L’outil le plus efficace serait de continuer à relever les taux d’intérêt. Mais la Banque populaire de Chine ne peut pas le faire sans trop accroître le coût de financement de l’économie et attirer des capitaux spéculatifs. Elle privilégie l’utilisation des outils quantitatifs comme le ratio de réserves obligatoires. En 2010, l'effet négatif de l’augmentation du ratio a été compensé par le développement de financements parallèles. Pour autant, le resserrement touche déjà fortement les PME, ce qui ne se voit pas encore dans les indicateurs. En effet, seuls les projets supérieurs à 100.000 yuans sont comptabilisés dans l’investissement.

A lire aussi