L'avis de... Patrick Jacq, stratégiste taux d'intérêt de BNP Paribas

« La reprise des liquidités se fera au fil de l’eau »

le 15/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Existe-t-il des similitudes entre l’assouplissement quantitatif (QE) et les allocations de liquidité sur trois ans (LTRO) de la Banque centrale européenne (BCE) ?

On peut comparer les tailles des bilans de la Réserve fédérale américaine et de la BCE. Au demeurant, celui de la BCE est beaucoup plus gros que celui de la Fed. On peut aussi constater que les injections de liquidités en Europe ont alimenté pour partie des achats de titres souverains. Tout comme la politique pratiquée ouvertement par la Fed avec son QE2. Quelques similitudes donc mais aussi beaucoup de différences. La principale et pas des moindres : avec les LTRO à 3 ans, la BCE ne porte pas le risque de crédit à son bilan contrairement à la Réserve fédérale ou à la Banque d’Angleterre. Quant au montant du SMP (Securities Market Program), actuellement en sommeil, dont la vocation est d’acheter en direct des obligations d’Etat sur le marché secondaire, il est limité pour l’instant à 219,5 milliards d’euros . Rappelons de plus que la BCE stérilise l’équivalent des 219,5 milliards d’achats de titres publics réalisés dans ce cadre en reprenant la liquidité chaque semaine par des dépôts à terme.

Le débouclage des deux LTRO prévu en 2015 peut-il être un facteur de risque et de turbulences sur les marchés et pour le financement des banques ?

La question se posait pour la LTRO à 1 an entre l’été 2009 et l’été 2010. La reprise de la liquidité a été gérée sans encombre par la BCE. En ce qui concerne les opérations à 3 ans, la date de février 2015 est une échéance « au plus tard ». Les banques pourront rendre la liquidité à partir de la deuxième année. La reprise des liquidités pourra donc se réaliser au fil de l’eau à l’aide d’opérations de prise en pension hebdomadaires (MRO- main refinancing operation). Il sera plus aisé pour la BCE de sortir de sa politique monétaire non conventionnelle que pour la Réserve fédérale qui est engagée sur un programme d’achats en direct pour bien plus longtemps. Elle a même allongé récemment la duration de son portefeuille avec l’opération Twist.

A lire aussi