L’avis de... Rhodri Preece, directeur du département Réglementations des marchés de capitaux au CFA Institute

« Répondre au plus vite au besoin de transparence des investisseurs »

le 03/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Bruxelles a terminé le 2 février sa consultation sur la révision de la directive Marchés d’instruments financiers (MIF), attendue à la fin du printemps. Quelles sont vos recommandations ?

Nous souhaitons un maximum de transparence dans l’intérêt des investisseurs, et recommandons de réaliser le plus de transactions possible sur les places de négociations transparentes et organisées (marchés réglementés - MR - ou systèmes multilatéraux - MTF). Il faut enrayer un « glissement » exagéré vers les plates-formes opaques (dark pools) et les transactions de gré à gré (OTC), notamment via les systèmes d’appariement internes aux banques (crossing networks). Deuxièmement, il faut favoriser une concurrence équitable en soumettant les places ayant des activités similaires aux mêmes règles de transparence et de contrôle.

Etes-vous favorable à la création proposée par la Commission d’une catégorie spécifique pour les « crossing networks », qui renforcent déjà la part de marché de l’OTC (proche de 50 %) ? Et à une réduction des seuils d’accès aux « dark pools » ?

Concernant les crossing networks, nous estimons qu’ils doivent adopter le statut de MTF autant que possible, avec les mêmes obligations de transparence pré- et post-négociations. Et dans la même logique,

nous suggérons de ne pas modifier les tailles d’ordres minimaux théoriques afin que seuls d’importants blocs s’échangent sur les dark pools, sans transparence pré-négociations. Il ne faut pas multiplier les exemptions de tailles vécues depuis trois ans.

Le CFA Institute a été l’un des premiers à demander un système général de collecte des données de marché : sous quelle forme ?

Effectivement, il y a consensus pour centraliser l’information post-négociations. Entre une structure publique, une structure coopérative comme aux Etats-Unis, ou une structure privée, il y a trois moyens d’organiser cette consolidated tape. Nous estimons que ce serait plus simple d’utiliser les collecteurs déjà en place (Bloomberg, Thomson Reuters, Nyse Euronext, etc.). Mais il faut avant tout établir le format de collecte standardisé, et raccourcir - par exemple à une journée au lieu de trois - le délai maximal autorisé de publication des transactions afin de répondre aux besoins des investisseurs.

A lire aussi