L'avis de... Richard Bruyère, président d’Image & Finance

« La répartition des montants levés est équilibrée entre segments de clientèle »

le 25/10/2012 L'AGEFI Hebdo

Quels enseignements délivre votre dernier observatoire sur les fonds à échéance* ?

Au-delà de la poursuite de la dynamique positive en termes d’encours, le principal enseignement indique que les nouveaux fonds créés depuis janvier ont recours de façon encore plus marquée aux convertibles, aux émetteurs émergents, au crédit high yield, voire aux émetteurs non notés. Cette évolution reflète l’impératif pour les promoteurs de mettre à contribution de nouvelles sources de rendement mais également de différencier leur offre. Le risque de cette approche est de s’écarter de la promesse initiale des fonds obligataires à échéance, qui reposait sur l’exploitation de stratégies de portage de titres d’émetteurs privés de bonne qualité souscrits à des rendements anormalement élevés.

A quel type d’investisseurs ces fonds s'adressent-ils ?

L’offre (en nombre de fonds) présente un biais retail. Pour autant, la répartition des montants levés est plus équilibrée entre segments de clientèle. Les fonds dont les encours sous gestion sont les plus élevés ont bénéficié d’une collecte « multicanal » : clientèle interne (banque privée, réseau), conseillers en gestion de patrimoine indépendants et institutionnels (ces derniers intervenant avec des investissements unitaires de taille conséquente).

Comment expliquer l’engouement des investisseurs pour ces fonds ?

Avant tout, ces fonds proposent une valeur simple et claire, qui s’articule autour d’un rendement financier attrayant et relativement certain (sauf matérialisation de cas de défaut), d’un horizon de détention identifié et d’une composition de portefeuille en théorie « pure ». Ce qui répond à la demande des différentes cibles de clientèle des sociétés de gestion. A savoir pour les institutionnels, une diversification des poches obligataires, pour les entreprises, un substitut à des placements de court et moyen terme ou des dépôts à terme, et pour les particuliers, un complément aux fonds euros.

*Observatoire sur les fonds à échéance sur le marché français en février 2012 remis à jour en septembre.

A lire aussi