Le renminbi est-il encore sous-évalué ?

le 07/04/2011 L'AGEFI Hebdo

Les positions sont figées. D’un côté, le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner répète que le renminbi « continue d’être considérablement sous-évalué » et que la disparité des régimes de change est « le problème le plus important du système monétaire international ». De l’autre, le Premier ministre chinois Wen Jiabao dit que son appréciation doit être un « processus graduel ». Dans les faits, le renminbi a touché un plus haut face au billet vert le 1er avril, à 6,5454 yuans contre 1 dollar, soit une appréciation de 19,3 % depuis la réforme de juillet 2005. Début mars, le sous-gouverneur de la Banque populaire de Chine Yi Gang (photo) a même suggéré que le taux n’avait jamais été aussi proche de l’« équilibre ». Pourtant, la théorie de la parité de pouvoir d’achat donne un taux de 3,93 en 2011, selon les estimations du Fonds monétaire international. « Les économistes estiment la sous-évaluation du renminbi entre 10 % et 50 %, indique Bei Xu, économiste de Natixis. Avec l’appréciation récente du taux de change nominal et la hausse des coûts salariaux que les entreprises devraient bientôt commencer à répercuter sur leurs prix, le taux de change réel n’est plus sous-évalué. » Une appréciation brutale du taux de change du renminbi ne serait pas non plus favorable aux pays occidentaux, selon un officiel français. « On s’infligerait un choc monumental sur les termes de l’échange car peu de pays fabriquent ce que nous achetons à la Chine. »

A lire aussi