Le rendement de l'OAT rejoint celui du Gilt

le 10/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Une première. C’est le 4 mars 2011, au lendemain de l’annonce par la Banque centrale européenne (BCE) d’une très probable hausse de ses taux directeurs en avril, que le rendement du 10 ans britannique, plus connu sous l’appellation « Gilt », a rejoint le rendement de l’OAT (obligation assimilable du Trésor), le 10 ans français. Les uns après les autres, les repères des marchés financiers se modifient. Jusqu’ici, l’histoire voulait que le rendement du Gilt se situe quelques dizaines de points de base au-dessus de son homologue français. Les investisseurs craignent-ils le retour des tensions sur les titres souverains de la zone euro ? Ou se contentent-ils d’intégrer les craintes inflationnistes exprimées par la banque centrale ? L’inflation outre-Manche installée au-dessus de 4 % l’an pour plusieurs mois inquiète moins la Banque d’Angleterre qui prèfère souligner la chute historique des salaires réels. Parmi les autres repères en train de s’effacer, le T-Note américain se trouve désormais bien en dessous du 10 ans français ou néerlandais, en dépit d’une accumulation de plusieurs années de déficit budgétaire autour de 10 % aux Etats-Unis.

A lire aussi