La réforme de l’Eurogroupe, un chantier pour 2012

le 22/09/2011 L'AGEFI Hebdo

Qui succédera à Jean-Claude Juncker à la présidence de l’Eurogroupe, en 2012 ? « Les négociations n’ont pas encore commencé. En fait, on n’en parle même pas », assure une source européenne. L’intéressé, lui, a déjà pris date et annoncé son départ, après sept ans de bons et loyaux services. Son remplaçant ne sera probablement pas choisi parmi les membres de l’Eurogroupe, les ministres de l’Economie des Dix-Sept, mais il devrait, à l’instar du président du Conseil européen, être une personnalité extérieure. On parle d’un ancien ministre de l’Economie, suffisamment instruit de la mécanique européenne, mais indépendant des gouvernements. Une chose est sûre : l’Eurogroupe ne sera plus le seul forum officiel de décision politique de la zone euro. Il sera chapeauté par un Conseil de l’euro, autrement dit l’actuel Conseil européen, mais réduit aux chefs d’Etat et de gouvernement de la zone euro. Ce Conseil existe déjà de fait. C’est lui qui s’est réuni le 21 juillet, sous la présidence d’Herman van Rompuy (photo), intronisé de fait par Paris et Berlin. Moins visible, mais non moins important, l’Eurogroupe devrait disposer d’un secrétariat permanent. La présidence de l’actuel EWG ou European Working Group, qui réunit les directeurs du Trésor des Dix-Sept, est assurée par l’Italien Vittorio Grilli.

A lire aussi