L’avis de… Charlotte Quiniou, directeur au département fonds et sociétés de gestion chez Fitch Ratings

« Les réductions de coûts visent à améliorer la rentabilité de la société »

le 14/06/2012 L'AGEFI Hebdo

Les mesures de réduction de coûts de BNP Paribas Investment Partners (BNPP IP) sont-elles indispensables ?

BNPP IP dispose de réels atouts : un grand nombre d’expertises sur toutes les classes d’actifs en Europe et dans le monde, une clientèle diversifiée, y compris à l’international, et des équipes expérimentées. Toutefois, la société a enregistré des retraits importants en 2011, ce qui commence à peser sur ses revenus. De plus, l’évolution du mix produits vers des produits plus faiblement margés pèse sur son compte de résultat. Ces mesures de réduction des coûts visent donc clairement à améliorer la rentabilité de la société.

Leur offre est-elle adaptée ?

Il y a une forte demande sur des produits multiclasses d’actifs flexibles, absolute return, émergents ou encore crédit high yield. BNPP IP dispose d’expertises dans ces domaines dont les produits de gestion mériteraient d’être plus visibles au sein de sa large gamme. Un enjeu important réside dans la gestion taux euro, une classe d’actifs qui représente une part conséquente de ses encours et qui a besoin de restaurer une dynamique positive après avoir souffert de la crise de la dette européenne. Les expertises actions internationales et émergentes mériteraient par ailleurs d’être renforcées.

La société est-elle assez internationalisée ?

BNPP IP dispose d’une certaine présence dans de nombreux pays dans le monde. L’organisation des bureaux américains a été revue il y a deux ans, pour une meilleure optimisation des ressources et de l’organisation des gestions localisées aux Etats-Unis. Le développement de sa visibilité sur ce marché reste un enjeu de taille pour la société. Dans les marchés émergents d’Asie et d’Amérique latine, son principal défi est de trouver les bonnes équipes ainsi que les expertises et les produits qui répondent à la demande locale ou qui peuvent être proposés aux investisseurs occidentaux.

A lire aussi