Réaction à froid

le 05/05/2011 L'AGEFI Hebdo

Au pays des montres de luxe, il convient de prendre son temps. Les Suisses ont annoncé lundi 2 mai avoir gelé des avoirs appartenant aux anciens présidents tunisien

Zine ben Ali et égyptien Hosni Moubarak ainsi qu’au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Les fonds concernés sont évalués à 410 millions de francs suisses pour Hosni Moubarak, 60 millions pour Zine ben Ali et 360 millions pour le dirigeant libyen. En janvier dernier, Berne avait gelé les avoirs de Laurent Gbagbo. Outre le fait que les montants annoncés des avoirs gelés sont loin d’atteindre les fortunes estimées des dictateurs déchus en Egypte et en Tunisie, reconnaissons que le délai pris par la Confédération helvétique pour arrêter sa sanction « patrimoniale » est lent, très lent, et pour tout dire beaucoup plus lent que le temps politique et diplomatique. Sauf pour Kadhafi qui n’est pas encore tombé de son piédestal, même s’il est placé au ban de la communauté internationale.

A lire aussi