Racine carrée

le 01/09/2011 L'AGEFI Hebdo

Officiellement, la question est incongrue. Officieusement, tout le monde se la pose. Que se passerait-il pour l’économie mondiale en cas de rechute des Etats-Unis en récession ? Non pas une récession brutale comme celle de 2008-2009, mais plus simplement la troisième étape - 1) l’effondrement, 2) le rebond, 3) la déliquescence - de la crise commencée il y a quatre ans : la partie plane ou légèrement descendante d’une racine carrée. L’agence de notation Fitch s’est essayée à l’exercice en précisant que ce n‘était pas son scénario central. Sa simulation repose sur un unique canal de transmission, celui des échanges commerciaux (effet direct). Il en ressort, pour une croissance du PIB américain s’étiolant à 1 % cette année, puis baissant de 0,6 % en 2012 et se reprenant quelque peu en 2013 à +1,5 % (soit une récession molle étalée sur trois ans et faisant perdre 1,7 point de pourcentage au scénario central), que la zone euro perdrait 0,7 point de pourcentage en cumul sur les trois ans. Un résultat faible corresponsant au poids des échanges avec les Etats-Unis (3,5 % du PIB de la zone, les exportations outre-Atlantique représentant 6 % des exportations françaises et allemandes). Mais, précisent les économistes de l’agence de notation, en incluant les effets de second tour comme ceux provenant de l’interdépendance des secteurs financiers, le risque qu’un nouveau plongeon de l’économie américaine fasse « basculer les autres économies développées - zone euro, Royaume-Uni et Japon - en récession n’est pas négligeable ».

A lire aussi