Les rachats de titres gonflent les BNPA

le 05/01/2012 L'AGEFI Hebdo

« Attention, les bénéfices nets par action (BNPA) calculés par les analystes financiers et qui servent de référence sur les marchés ne sont pas des indicateurs de l’évolution des marges opérationnelles », rappelle Christian Parisot, responsable de la recherche économique chez Aurel BGC. En effet, ils incluent les rachats d’actions, qui ne cessent de progresser depuis le début de 2011, en particulier aux Etats-Unis. Selon Standard & Poor’s, les rachats d’actions réalisés au deuxième trimestre 2011 par les sociétés de l’indice S&P 500 ont atteint 109,2 milliards de dollars, en forte augmentation de 40,7 % par rapport à la même période de 2010. Selon les Flow of Funds du troisième trimestre 2011 publiés par la Réserve fédérale, les entreprises américaines ont acheté, au cours des neuf premiers mois de l’année dernière, 1.429 milliards de dollars d’actions, à comparer à 278 milliards en 2010. Une démarche qui, à court terme, fait certes plaisir à l’actionnaire, mais « ce n’est pas un investissement de bonne qualité », avertit Graham Bishop, stratégiste actions de RBS. Quid du rendement du capital investi ? A long terme, le marché préfère les entreprises qui consacrent leurs liquidités à leur développement stratégique.

A lire aussi