Centenaire de L'Agefi - Volet 2

La querelle de l’impôt sur le revenu

le 03/03/2011 L'AGEFI Hebdo

L’Agence économique et financière sous la signature d’Yves Guyot a été à la pointe du combat contre l’impôt sur le revenu. Avant 1914, la fiscalité était composée des quatre vieilles contributions datant de la Révolution : contribution foncière, contribution mobilière, impôt sur les portes et fenêtres, et patente. En 1907, le ministre des Finances, Joseph Caillaux, avait déposé un projet de loi portant création d’un tel impôt. Mais la querelle sur l’opportunité de le créer a traversé toute la IIIe République. Dès les années 1880, Léon Bourgeois, homme politique radical et théoricien du « solidarisme », en avait lancé l’idée. Déjà à cette époque, Yves Guyot avait pris parti contre cette taxe. D’abord en 1886, dans un rapport de la Commission budgétaire de la Chambre dont il était le rapporteur. Ensuite dans un opuscule publié en 1896 et intitulé Les tribulations de M. Faubert : l’impôt sur le revenu, dans lequel il moquait cette contribution jugée inquisitoriale et attentatoire aux libertés.

L’impôt sur le revenu sera voté le 4 juillet 1914. Mais Yves Guyot ne s’avoua pas vaincu. Dans les colonnes de L’Agence économique et financière en janvier 1918, il pointait la difficulté de définir ce qui constitue un revenu taxable et pronostiquait « qu’après la guerre, l’impôt sur le ou les revenus (...) sera un de ceux qui seront les plus critiqués, attaqués et réformés. Nous n’hésitons pas à le prédire »...

A lire aussi