L'avis de... Hervé Aubert, directeur administration et finance d'OFI AM - Private Equity Multimanagers

« La qualité du ‘reporting’ rassure sur notre capacité de suivi des lignes »

le 20/01/2011 L'AGEFI Hebdo

Pourquoi la multigestion nécessite-t-elle le recours à un progiciel ?

L’unité PE Multimanagers a été créée en 2008 pour proposer une activité d’investissement en multigestion au travers de FCPR (fonds communs de placement à risque, NDLR) ou de mandats et une offre de suivi de portefeuille. Nous avons opté pour un progiciel, d’abord pour simplifier le suivi des investissements. Ensuite, notre outil interne aurait nécessité de nombreux développements pour la partie reporting. Avec désormais plus de 160 fonds à suivre, l’automatisation du reporting est fondamentale. Surtout que nous avons pris le parti de la transparence poussée jusqu’à chaque participation des fonds dans lesquels nous investissons.

La demande des clients est-elle forte ?

C’est incontournable pour conserver les clients existants et en acquérir de nouveaux. La qualité du reporting les rassure sur notre capacité de suivi des lignes d’investissement et leur donne une très bonne connaissance de leurs portefeuilles, atout indispensable pour leurs relations avec leur conseil d’administration, leur comité d’allocation. En outre, avec l’évolution de la réglementation, et notamment Solvabilité II, les exigences en reporting vont être de plus en plus élaborées. Des éléments quantitatifs de plus en plus importants seront nécessaires pour les calculs de performances, de risque et éventuellement de corrélation entre classes d’actifs pour diminuer les besoins en fonds propres de la classe d’actifs.

Vous êtes en train de déployer un nouveau module lié aux « cash-flows », que va-t-il vous apporter ?

Tant au niveau du portefeuille global que pour chaque fonds sous-jacent, nous pourrons prévoir les cash-flows futurs et ainsi améliorer notre capacité d’analyse et de reporting de nos investissements. Nous nous appuierons sur les données encore insuffisamment exploitées pour générer des courbes de flux de capitaux, permettant le suivi plus précis de l’évolution des capitaux au travail et/ou remboursés, leur valorisation et la performance finale attendue.

A lire aussi