Le QIS5 confirme des calculs favorables aux OC

le 12/05/2011 L'AGEFI Hebdo

La directive Solvabilité II s’appuie sur les risques effectifs pesant sur les assureurs en imposant la valorisation des actifs à leur valeur de marché, comme pour le passif. « Et l’exigence de fonds propres désormais fonction de l’allocation d’actifs devrait entraîner des évolutions de cette allocation », a expliqué Michel Piermay, fondateur du cabinet Fixage, lors d’une présentation pour Acropole AM. Le capital de solvabilité requis (SCR) est, en principe pour les « modèles internes » qui seraient choisis par les assureurs, le capital économique dont a besoin un organisme d’assurances pour limiter à 0,5 % sa probabilité de ruine dans l’année (

Value-at-Risk, VaR). Dans le « modèle standard » retenu par QIS 5, le « SCR marché » reflète l’impact instantané de six risques (actions, signature, taux, immobilier, change, concentration) sur les éléments de l’actif et du passif, l’ensemble de ces risques étant agrégé via une matrice de corrélation définie par le superviseur européen des assureurs (Eiopa). Michel Piermay a travaillé sur le calcul du « SCR marché » intrinsèque d’un portefeuille d’obligations convertibles (OC) couvert en euros (Acropole Convertibles Europe) - sans information sur le passif des porteurs ni sur la diversification avec d’autres actifs, « donc pour un choc standard », insiste l’actuaire.

Le SCR taux a été calculé à partir d’un choc avec, pour chaque maturité, un coefficient (imposé par Eiopa) de variation relatif à appliquer à la hausse (de 70 % pour 1 an à 25 % pour 30 ans) ou à la baisse des taux. Le choc est proportionnel à la sensibilité des obligations à la variation des taux et aboutit pour l’OPCVM étudié à un choc de 2,70 %. Le SCR signature (ou spread) , dépendant d’un coefficient de pénalisation Eiopa fonction de la notation (voir le tableau), de la sensibilité des obligations et de leur valeur de marché, aboutissait à choc de 6,39 % grâce au traitement favorable des obligations non notées.

Dans QIS 5, le modèle standard de l’Eiopa appliquait un choc instantané de -30 % sur la valeur d’actions cotées à fin 2009 (ce choc était de -49 % à fin 2010 du fait de calcul de « Dampener », les marchés actions étant en haut de cycle). Le SCR actions d’un portefeuille d’OC est bien moindre que le choc actions du fait de la convexité et aboutissait dans cette étude de cas à 9,75 %. Au bout du compte, après agrégation des différents SCR intrinsèques concernés selon une autre matrice de corrélation Eiopa, Acropole Convertibles Europe conduisait à un SCR de marché intrinsèque de 15,39 % de la valeur du fonds.

A lire aussi