L'avis de... Philippe Legendre, broker ETF chez Aurel-BGC

« Un projet novateur »

le 22/03/2012 L'AGEFI Hebdo

Quel est l’intérêt de Navesis ?

En Europe, de nombreux développements liés aux ETF (‘exchange-traded funds’, NDLR) sont apparus ces dernières années (options sur ETF, prêt-emprunt...) mais sont dans l’ensemble peu utilisés par les investisseurs avec lesquels nous travaillons. Concernant les opérations en NAV (‘net asset value’, NDLR), le projet Navesis est novateur sur le marché global des ETF. Mais il est encore tôt pour juger de son efficience. Une telle plate-forme ne peut fonctionner que si les critères de liquidité et de volume sont respectés. Navesis est encore un projet, beaucoup plus qu’une réalité.

Pour quelles raisons précisément ?

Concrètement, très peu de flux transitent pour le moment sur cette plate-forme, et les spreads (fourchettes de cotation, NDLR) sont larges. Ensuite, la plate-forme ne permet pas de traiter tous les produits et, par exemple, les ETF avec indexation obligataire ou ceux émergents en sont absents. Enfin, le marché ETF est plus OTC (de gré à gré, NDLR) qu’électronique en Europe. Les volumes déclarés par les entreprises de marché, comme Nyse Euronext, représentent environ 10 % des volumes traités. Pour que ce type de plate-forme fasse ses preuves, cela peut prendre plusieurs années. En tant que spécialiste de ces produits ETF, nous utilisons actuellement les services de matching (rapprochement d’ordres, NDLR) des émetteurs qui fonctionnent très bien.

Comment se présente le marché ?

Les positions semblent déjà bien établies concernant les émetteurs. Nomura et Tradition qui en sont les créateurs veulent rentrer sur un marché, celui des ETF, par un biais autre que celui des émetteurs, car la concurrence, entre ces acteurs, est déjà très importante. L’offre, ces dernières années, s’est enrichie et les gammes d’ETF passifs sont présentes sur de nombreuses indexations.

A lire aussi