Programme de rachats et succession

le 16/12/2010 L'AGEFI Hebdo

Le Securities Market Program (SMP) aurait-il déjà fait une victime en la personne d’Axel Weber, le président de la Bundesbank et candidat à la succession de Jean-Claude Trichet à la présidence de la Banque centrale européenne (BCE) à l’automne 2011 ? Nombreux sont ceux qui, dans les marchés, en sont convaincus. En s’opposant à plusieurs reprises, ouvertement et publiquement, au programme de rachats de titres publics en zone euro, Axel Weber aurait sacrifié sa carrière à ses convictions et à ses valeurs ; ses opposants parlant plutôt de certitudes et d’entêtement. Axel Weber est en effet le responsable de la grossière erreur d’analyse de la BCE de juillet 2008. Alors que les économies européennes glissaient en récession depuis déjà plusieurs mois, la BCE s’inquiétait d’un hypothétique sursaut de l’inflation sans autre considération pour la crise financière environnante. Elle allait relever son taux directeur quelques semaines seulement avant la faillite de Lehman Brothers et le sauvetage d’AIG. Aucun mea culpa ne s’en est suivi. C’est beaucoup pour un seul homme : Axel Weber a donc perdu son statut de favori. Mais c’est maintenant l’Italien Mario Draghi qui se montre sourcilleux vis-à-vis du SMP, sans doute pour gagner les faveurs des Allemands. D’autant que l’Italien a contre lui d’avoir travaillé pour... Goldman Sachs.

A lire aussi