La production de crédit habitat a chuté de 30 % en France

le 01/11/2012 L'AGEFI Hebdo

Brutal. Des taux d'emprunts très bas signifiant la volonté des banques de tenir le marché immobilier à bout de bras, mais malgré tout une production de crédit en chute libre, un apport personnel de plus en plus important, la sortie progressive du marché des moins de 35 ans et des catégories sociales les plus défavorisées : telles sont les caractéristiques du tableau de bord du troisième trimestre 2012 de l'Observatoire du financement des marchés résidentiels. Sur les neuf premiers mois de l'année, la production de crédit s'est contractée de 30,5 % (glissement annuel). Sur l'ensemble de 2012, on peut s'attendre à une production de 115 milliards d'euros (contre 161 milliards en 2011). En dépit de la hausse des apports, l'indicateur de solvabilité de l'Observatoire est au plus bas. Les prix se sont stabilisés, mais il n'est pas acquis qu'ils baisseront, considère l'Observatoire, sauf si la production de crédit devait continuer de décroître. En effet, sur les quatre crises immobilières connues en France depuis les années 70, une seule (Paris au début des années 90) a enregistré un retournement violent des prix.

A lire aussi