Pimco s’affranchit davantage de l’ombre tutélaire de sa maison mère

le 13/10/2011 L'AGEFI Hebdo

Assumant seule la distribution de ses produits dans le monde, la filiale d’Allianz compte renforcer ses équipes et accélérer sa diversification.

Pimco fait un pas décisif vers son indépendance. A compter du 1

erjanvier 2012, la société de gestion d’actifs américaine, filiale d’Allianz, assurera seule la distribution de ses produits à l’ensemble de ses clients en Europe et en Asie-Pacifique. Une décision annoncée par l’assureur allemand dans le cadre de la réorganisation de son métier de gestion d’actifs, avec la création d’une nouvelle holding, Allianz Asset Management, qui chapeautera deux entités distinctes : Allianz Global Investors (GI) et Pimco. Cette autonomie opérationnelle - jusque-là Pimco s’appuyait sur les forces commerciales d’Allianz GI - consacre le succès de la compagnie californienne fondée par Bill Gross en 1971. « Quand Allianz GI a été créée il y a plus de onze ans, Pimco était une boutique essentiellement spécialisée dans la gestion obligataire américaine, observe Doug Hodge, directeur des opérations de Pimco. Depuis, nous sommes devenus une société de gestion mondiale fournissant des solutions sur l’ensemble des classes d’actifs. » Les chiffres sont éloquents. Tombé dans le giron d’Allianz en 2000 avec 215 milliards de dollars d’actifs sous gestion, Pimco pèse désormais 1.340 milliards d’actifs (950 milliards d’euros), soit les deux tiers des encours d’Allianz.

Accompagner ses clients

Ce changement radical n’est toutefois pas le signe avant-coureur d’une cession éventuelle du gérant américain, le premier assureur européen affirmant vouloir « continuer à accompagner Pimco dans son développement ». Cette émancipation confirme plutôt une démarche déjà entamée l’an dernier aux Etats-Unis quand Pimco est devenu responsable de la commercialisation de ses produits, créant en février « une plate-forme de distribution unique, baptisée Pimco Investments, notre ‘broker-dealer’ », indique Doug Hodge. Cette structure, à destination des conseillers financiers et des investisseurs individuels, a pu compter sur le transfert d’une équipe de 140 personnes issues des forces commerciales d’Allianz. Pimco compte d’ailleurs la renforcer, souhaitant la porter à 250 personnes dans les prochains mois.

Accroître ses forces de vente en Europe et en Asie constitue désormais l’un des objectifs majeurs de Pimco pour accompagner l’ensemble de ses clients, majoritairement des investisseurs institutionnels. L’Europe, où la société est présente depuis 1997 à travers 325 collaborateurs répartis entre Munich, Londres, Amsterdam, Zurich et gère plus de 348 milliards d’actifs, est au cœur de ses préoccupations. « Nous allons continuer à renforcer nos ressources et étendre notre distribution en faisant un certain nombre de recrutements clés dans les prochains mois, confie d’ailleurs Doug Hodge, sans donner plus de détails. C’est une initiative stratégique à long terme importante pour la société, notre but étant de continuer à fournir nos services de gestion à l’ensemble de nos clients sur tous les marchés dans lesquels nous opérons à travers le monde. » Pimco a déjà musclé sa distribution dans certains pays à l’instar de l’Espagne où, après le recrutement de Victoria Caro, ancienne de la banque privée de Goldman Sachs, la compagnie s’est offert les services de Juanma Jimenez, un ancien de Robeco.

Cap sur l’allocation d’actifs

En parallèle, la société de gestion entend accélérer sa diversification. « Depuis le lancement de notre activité d’investissement sur les actions en 2010, nous avons construit une équipe comprenant plus de 300 gérants de portefeuille, ‘traders’, analystes et ‘products managers’, qui gère plus de 4 milliards de dollars d’actifs, précise Doug Hodge. Dans les prochains mois, nous prévoyons de lancer plusieurs nouvelles stratégies sur les actions. » En outre, après s’être positionné sur les exchange-traded funds (ETF) en lançant avec Source un ETF d’obligations émergentes en monnaie locale, Pimco souhaite désormais développer ses activités de gestion alternative et, surtout, d’allocation d’actifs. « L’allocation d’actifs est l’expertise qui soutiendra notre croissance », estime Doug Hodge. Autant d’initiatives qui doivent permettre à Pimco de conforter son rôle de fer de lance de la gestion d’actifs d’Allianz.

A lire aussi