Peu d'appétence pour le risque

le 29/11/2012 L'AGEFI Hebdo

« 

La couverture des risques extrêmes est devenu un enjeu essentiel à l’échelle mondiale, atteste Dan Farley, directeur monde du pôle Solutions d’investissement chez SSGA. Depuis 2008, les investisseurs ont évolué, il est devenu primordial pour eux de se sentir à l’aise avec leurs positions. » Des propos que tous les gérants interrogés pour cette enquête confirment. « Personne ne peut se permettre de revivre 2008, atteste un commentateur. Il est très difficile pour un gérant d’expliquer une perte de 30 % de son portefeuille même si cela s’inscrit dans le marché. » Outre le besoin de couverture, l’appétence pour les produits plus simples et transparents est une des principales conséquences de ce nouvel état d’esprit. Résultat, l’utilisation de hedge funds en pâtit largement, notamment auprès des investisseurs institutionnels : leur utilisation chute de 13 % selon l’étude. Parmi les éléments les plus fréquemment cités comme étant des obstacles à la mise en place de couvertures contre les risques majeurs, sont cités : le manque de liquidité des outils (64 %), la régulation (54 %) et l’aversion au risque (49 %). L’étude a été réalisée cet été auprès de plus de 300 investisseurs institutionnels aux Etats-Unis et en Europe.

A lire aussi