Partage inégal

le 09/06/2011 L'AGEFI Hebdo

La société 99 Partners Advisory dresse dans une étude parue fin mai un état des lieux de la « Répartition de la valeur ajoutée dans l’industrie de la gestion d’actifs ». Conclusion : ce sont les distributeurs qui tirent le mieux leur épingle du jeu car ils touchent en moyenne 55 % des frais versés par les investisseurs, contre 40 % pour les producteurs, les sociétés de gestion, et 5 % pour les prestataires externes tels que les valorisateurs, les dépositaires-conservateurs et les commissaires aux comptes. Cette tendance nettement favorable aux distributeurs se retrouve dans quelques secteurs d’activité comme le luxe où les producteurs ne captent que 30 % de la valeur ajoutée, le reste (70 % tout de même) étant aspiré par la distribution. 99 Partners Advisory estime ainsi que « lorsque les produits distribués sont très concurrentiels et qu’il n’existe pas un véritable ‘pricing power’ (pouvoir d’imposer ses tarifs) des marques, la production ne capte qu’un faible montant de la valeur des produits ». Néanmoins, l’étude considère que le rapport de force pourrait basculer du côté des producteurs s’ils arrivent à augmenter leur marge en baissant les coûts de production ou en faisant pression sur les distributeurs, ou encore s’ils internalisent la distribution des fonds, voire s’ils créent de nouvelles parts avec des frais de gestion supérieurs.

A lire aussi