Un outil de taux supplémentaire en gestion d’actifs

le 30/06/2011 L'AGEFI Hebdo

Les émissions foncières ont infiltré les portefeuilles de taux. A mi-chemin entre les émissions corporate et les papiers d’Etat, leurs coupons varient de 3 % à 5,25 %. « Un gérant obligataire doit composer avec deux risques, le risque de marché (volatilité des prix absolue ou relative par rapport à un ‘benchmark’) et le risque crédit (risque de défaut), indique Gabriel Tissot, gérant de portefeuilles obligataires chez BNP Paribas AM. L’accès au prix du ‘covered bond’ est extrêmement aisé. Quant au risque de crédit, il a longtemps été tenu pour négligeable en raison du nantissement du ‘pool’ de créances apportées en garantie. » De plus, les caractéristiques des risques des obligations sécurisées sont devenues intéressantes d’après les termes du gérant : « Aujourd’hui, le risque de crédit n’épargne pas le risque sur les dettes souveraines, de sorte que les primes de risques sont non seulement plus élevées mais aussi plus dispersées. Ainsi, dans les pays où la probabilité de défaut est estimée en hausse, la prime de risque des ‘covered bonds’ peut être inférieure à celle de la dette publique en raison d’un niveau de recouvrement supérieur en cas de défaut effectif. » Du côté d’Ofi AM, on s’apprête à lancer un fonds entièrement dédié aux obligations sécurisées. « Nous nous positionnons en qualité de conseil, explique Olivier Requin, gérant crédit structuré de la maison. Aujourd’hui, un grand investisseur tel qu’un assureur ne dispose pas toujours d’une équipe spécialisée sur ce type d’actifs. Nous lui proposons, au travers d’un fonds maître-nourricier, d’investir une ligne dans notre portefeuille que nous gérerons activement en fonction notamment des évolutions réglementaires, des agences de ‘rating’ et des différents types de structures existants. Notre investisseur bénéficiera ainsi de notre suivi des émetteurs sélectionnés dans notre OPCVM, qui, en grande partie, seront ceux retenus par ailleurs par ses soins. »

A lire aussi