OPCVM Natixis AM, en tête de la collecte en septembre

le 27/10/2011 L'AGEFI Hebdo

Le monétaire connaît des hauts et des bas

Natixis Asset Management se hisse à la première place du classement EuroPerformance des fonds de droit français en septembre avec une collecte nette de 1,46 milliard d’euros (321e en août). La tête de classement est totalement bouleversée. CPR Asset Management (404 millions), HSBC (316 millions), Macif (232 millions) et Fédéris Gestion d’Actifs (176 millions), qui n’y figuraient pas en août, complètent le tableau mais loin derrière le numéro un. Une nouvelle fois, ce sont les souscriptions vers les fonds monétaires qui ont dynamisé les montants des meilleures enseignes : Natixis AM engrange 1,6 milliard sur cette gamme dans un contexte toujours difficile pour les actifs les plus risqués.

Cette aversion au risque a encore affecté les acteurs les plus concentrés sur ces produits. Après avoir été la lanterne rouge du classement en août, Lyxor Asset Management reste en queue de peloton à la 320eplace (324een août) en raison d’une forte décollecte sur les fonds actions (1,09 milliard d’euros). Le dernier de la classe, Amundi, a subi une forte décollecte en produits garantis ou à formule (443 millions), obligataires (434 millions) et diversifiés (397 millions). Mais paradoxalement, ce qui a dynamisé les meilleurs pèse sur les moins bons. Ce sont surtout les sorties des fonds de trésorerie (4,6 milliards) qui lui valent la dernière place du classement. CM-CIC AM, BNP Paribas et Aviva France ont également subi des rachats massifs en produits monétaires (respectivement 3,7 milliards, 3,3 milliards et 1,6 milliard). Des sorties qui s’expliquent, en partie, par un effet saisonnier lié au paiement trimestriel des pensions par les caisses de retraite.

Huitième trimestre consécutif de décollecte

De juin à septembre, les demandes de rachats l’ont une fois de plus emporté sur les souscriptions, et ce pour le huitième trimestre consécutif, selon les observations d’EuroPerformance. Sur un an glissant, la décollecte atteint 24,2 milliards d’euros. L’ensemble des classes d’actifs est affecté par cet important mouvement de décollecte, y compris les produits de trésorerie (6 milliards). Mais la pression vendeuse a été la plus importante sur les actifs de long terme (actions, obligations et diversifiés) en raison de l’aggravation de la crise de la dette souveraine dans la zone euro et des craintes de ralentissement économique, avec 23 milliards de rachats. Le marché français de la gestion collective enregistre sa plus forte baisse d’encours au troisième trimestre (effets cumulés des rachats et de la baisse de valeur des fonds) et retombe à son niveau d’avril 2005. A fin septembre, l’encours total des fonds de droit français s’élevait à 735,1 milliards.

A lire aussi