OPCVM - Forte décollecte d’Amundi en juin

le 25/07/2013 L'AGEFI Hebdo

Chute libre

Fin de semestre difficile pour la gestion d’actifs en France avec des retraits nets de 29,3 milliards d’euros en juin, provenant principalement des fonds monétaires (-25 milliards). Amundi arrive en queue du classement mensuel EuroPerformance-a Six Company des fonds de droit français. Les dernières places sont occupées par les gros acteurs de la gestion d’actifs en France dont les fonds monétaires représentent une grande part de l’activité (BNP Paribas AM, CM-CIC AM, BFT Gestion - filiale d’Amundi - et Natixis AM). La forte décollecte enregistrée par ces OPCVM en juin s’explique pour moitié par les opérations comptables traditionnelles des entreprises en cette période de l’année mais aussi par des retraits liés à la faiblesse des taux court terme. De fait, l’encours des fonds de trésorerie est revenu à un plus bas de 9 ans, à 306,9 milliards. Dans son ensemble, la gestion française recule à 743,7 milliards à fin juin, soit un niveau inférieur à celui de fin 2008.

Le mois de juin ayant été marqué par un retour de la volatilité sur les actions et sur les taux, ces gestions accusent aussi des sorties. Ainsi, Amundi, Natixis AM ou State Street GA affichent des résultats commerciaux négatifs sur ces deux classes d’actifs. Les turbulences de marché n’ont pas épargné la gestion diversifiée avec une décollecte de 425 millions pour l’un des acteurs les plus importants sur cette approche, Carmignac Gestion.

Résistance

Dans cet environnement dégradé, certains acteurs ont fait preuve de résistance. En tête de notre classement, Dexia AM, CPR AM, Allianz GI et CCR AM réussissent à collecter, à contre-courant du marché, grâce à leurs produits de trésorerie. Mais pas seulement. Ainsi, CPR AM enregistre des souscriptions sur ses fonds actions. De même que Tobam, l’un des spécialistes de l’approche smart betaen vogue auprès des investisseurs, avec une collecte nette de 131 millions en actions. D’autres boutiques comme Metropole Gestion (95 millions) ou Moneta AM (58 millions) continuent d’attirer des souscriptions grâce à leurs approches stock-picking.

On retrouve les mêmes acteurs sur le relevé semestriel. CPR AM arrive premier avec une collecte nette de 3,5 milliards grâce à ses produits actions, obligations, diversifiés et monétaires. Lazard Frères Gestion, Tobam et Metropole Gestion tirent également leur épingle du jeu avec leurs OPCVM actions, tandis qu’UBAM continue de collecter en obligations convertibles et Carmignac termine positif sur l’ensemble du semestre malgré le mois de juin. BNP Paribas AM, Amundi, Natixis AM et CM-CIC AM arrivent dans les derniers rangs à cause des retraits dans les fonds monétaires. Le monde des ETF (exchange-traded funds) a également souffert au premier semestre, notamment Lyxor en actions (-1,3 milliard). Au total, la décollecte sur le semestre est de 34,8 milliards, dont 25,3 milliards en monétaire, 3,9 milliards en actions et 2,6 milliards en obligations.

A lire aussi