OPCVM CM-CIC AM décroche haut la main la tête du classement de juillet

le 30/08/2012 L'AGEFI Hebdo

Collecte record pour CM-CIC AM

C’est grâce à une collecte quasiment trois fois supérieure au deuxième établissement de ce classement EuroPerformance-a Six Company que CM-CIC AM rafle la première place. Avec des souscriptions qui atteignent, sur le seul mois de juillet, 2,2 milliards d’euros, le gestionnaire devance donc Agicam qui collecte un peu plus de 800 millions d’euros. A l’image du mouvement enclenché depuis de longs mois, les plus importants collecteurs de juillet doivent leur bonne santé aux souscriptions réalisées sur leur gamme de fonds de trésorerie. D’ailleurs, la filiale de gestion du groupe Crédit Mutuel-CIC décollecte sur l’ensemble des autres classes d’actifs de droit français. Generali Investments France clôt le trio de tête à la faveur de flux de souscription de 600 millions d’euros en monétaire. A noter que Carmignac Gestion, disparue du palmarès des cinq plus importants collecteurs sur les fonds de droit français, refait son apparition à la quatrième marche du classement. Portée par ses produits diversifiés et obligataires, la maison de gestion affiche une collecte nette sur le mois de juillet de 567 millions d’euros. Depuis le début de l’année, CM-CIC AM affiche un cumul de souscriptions nettes de plus de 5 milliards d’euros, le plaçant en deuxième position derrière BNP Paribas AM (5,6 milliards). Ces deux gestionnaires sont suivis par BFT Gestion (4,6 milliards), Amundi (3,4 milliards) et La Banque Postale AM (2,1 milliards).

Natixis AM décollecte de plus de 11 milliards depuis janvier

Si Amundi décroche à la quatrième place du tableau de janvier à juillet, le gestionnaire tombe à la toute dernière marche du classement mensuel de juillet avec des désinvestissements nets totaux de 2,2 milliards. En cause, les retraits (-2,4 milliards) opérés depuis ses OPCVM monétaires. Natixis AM (NAM) connaît le même sort pour occuper l’avant-dernière place en juillet. Sur les sept premiers mois de l’année, NAM se positionne en toute dernière position, bien loin de ses compétiteurs avec des pertes de 11,6 milliards d’euros (contre -2,2 milliards pour HSBC Global AM France en avant-dernière position). Malgré des collectes positives sur ses véhicules actions, obligataires, obligations convertibles et autres fonds à formule, la maison de gestion ne parvient pas à juguler l’hémorragie sur ses produits de trésorerie (plus de 12 milliards). Le contexte monétaire, rendu adverse par l’abaissement des taux directeurs de la Banque centrale européenne et l’écrasement des taux monétaires, n’est sans doute pas étranger à ces désinvestissements massifs (lire aussi page 36).

A lire aussi