OPCVM BFT Gestion prend la tête du classement au mois de mai

le 30/06/2011 L'AGEFI Hebdo

Des gestionnaires tirés par le monétaire

La Banque de Financement et de Trésorerie (BFT) décroche la première place du classement d’EuroPerformance relatif à la collecte nette des OPCVM de droit français. La filiale à 100 % du Crédit Agricole devance ses compétiteurs à la faveur d’une souscription nette sur son offre de trésorerie (2,14 milliards d’euros). Le mois dernier, BFT avait sévèrement souffert d’une décollecte de 1,1 milliard d’euros sur ses fonds de trésorerie pour atteindre la dernière position du tableau. A noter que la maison de gestion est, ce mois-ci, le seul établissement figurant dans le peloton de tête à collecter sur l’ensemble de ses gammes (avec des flux entrants et sortants à l’équilibre sur ses fonds garantis ou à formule). Avec des souscriptions nettes de 1,7 milliard d’euros engrangées sur le mois de mai, Amundi se positionne au deuxième rang grâce à de plus importants flux de souscriptions en monétaire (2,16 milliards d’euros contre 2,14 milliards du côté de la BFT). Une collecte par ailleurs « grignotée » par des flux sortants observés sur toutes les autres classes d’actifs. Lyxor AM clôt ce podium, porté là aussi par des souscriptions importantes sur ses fonds de trésorerie. Suivent Generali Investments France et CM-CIC Asset Management qui, pour sa part, rétrograde de la première à la cinquième position, en un mois.

En queue de classement, notons que BNP Paribas se positionne en mai au 313erang. Position qu’il troque contre une deuxième place atteinte un mois plus tôt. Quant à Carmignac Gestion, l’un des succès de la gestion d’actifs à la française, il décroche la 317eposition, soit la dernière place de ce classement de mai des fonds de droit français. Alors que le début d’année a été aussi clément pour ce gestionnaire indépendant que l’année précédente, il décollecte fortement sur sa gamme de gestion diversifiée (810 millions d’euros de retraits). Selon son directeur général, Carmignac Patrimoine, mais aussi Carmignac Emergents et Carmignac Sécurité ont particulièrement souffert. Et des mouvements de capitaux plus marqués sont observés en Italie, en Espagne et en Suisse (L’Agefi Hebdo n°282).

Un marché à double face

Ce mois de mai est « bicéphale ». S’il est un mois de collecte nette qui s’établit à 4,67 milliards d’euros contre 2,88 milliards en avril, à y regarder de plus près, il n’est tiré que par les seuls flux de souscriptions à destination des produits de trésorerie : 5,79 milliards pour le monétaire tandis que les autres classes d’actifs subissent des retraits (à l’exception des fonds garantis à l’équilibre). Quelques gestions spécifiques tirent leur épingle du jeu. Les fonds de trésorerie dynamique voient leurs encours bondir de 20,9 % depuis le début de cette année. Côté obligataire, les fonds d’obligations à haut rendement affichent un encours en hausse de 47,6 % tandis que les OPCVM actions sectorielles voient leurs actifs grimper de 12,3 % depuis janvier.

A lire aussi