OPCVM Aviva France plus important collecteur en juillet

le 25/08/2011 L'AGEFI Hebdo

Le monétaire fait le marché

Aviva France décroche la première place de ce classement EuroPerformance des fonds de droit français avec une collecte nette de 2,16 milliards d’euros sur le mois de juillet. Un résultat obtenu grâce à des flux de souscription massifs vers sa gamme de fonds monétaires (2,17 milliards). Dans l’ensemble, ce mois de juillet ne déroge pas à la tendance observée sur le premier semestre 2011, à savoir un marché tiré pour l’essentiel par les fonds de trésorerie. CM-CIC AM passe pour sa part de la 315eplace atteinte en juin à la deuxième position en engrangeant 1,66 milliard d’euros en juillet, à la faveur là aussi d’une collecte importante en produits de trésorerie (1,23 milliard). Elément notable, la filiale de gestion du Crédit Mutuel affiche la plus forte souscription en OPCVM diversifiés parmi les cinq premiers établissements (535 millions). Loin derrière, Generali Investments France clôt le trio de tête, avec une collecte nette quasiment deux fois moins élevée, à 874 millions d’euros, essentiellement réalisée par des investissements en direction de sa gamme monétaire. Un phénomène que l’on retrouve chez BNP Paribas dont la collecte de 1,19 milliard d’euros sur ses OPCVM de trésorerie permet à l’établissement, qui subit par ailleurs des retraits sur l’ensemble de ses autres classes d’actifs, d’obtenir la 5e place de ce palmarès avec une souscription nette totale de plus de 814 millions d’euros.

Comme au mois de juin, Amundi se place en dernière position avec, en juillet, un désinvestissement net de 3,3 milliards d’euros (-4,4 milliards en juin). Le gestionnaire affiche des flux négatifs (-2,3 milliards en trésorerie) sur l’ensemble des classes d’actifs. Carmignac Gestion voit le phénomène de décollecte se poursuivre, avec des retraits de -710 millions d’euros. Ce gestionnaire, longtemps l’un des plus importants collecteurs du marché des fonds de droit français, n’est pas parvenu à endiguer, sur ce mois de juillet, les désinvestissements réalisés sur chacune de ses classes d’actifs (actions, obligations, diversifiés et trésorerie).

Décollecte annuelle de 58 milliards à fin juin

Selon les observations d’EuroPerformance portant sur le deuxième trimestre de cette année, les demandes de rachats ont continué de peser sur les encours. Alors que les mois d’avril et mai ont connu un relatif apaisement de la décollecte, la montée d’un cran des tensions autour de la dette grecque en juin semble avoir ravivé le courant vendeur. Le total des opérations menées sur ce deuxième trimestre atteint -16,8 milliards d’euros, portant la décollecte sur douze mois glissants des OPCVM français à -58,5 milliards d’euros. Sur le seul mois de juin, les flux vendeurs ont atteint 25,4 milliards contre 1,8 milliard en juillet.

A lire aussi