Onction

le 19/07/2012 L'AGEFI Hebdo

Le Vatican veut être propre comme un sou neuf. La transparence financière de la cité-Etat papale vient d'être passée au crible et faire l'objet d'un rapport de Moneyval pour le compte du Conseil de l'Europe. Le document demandé par le Vatican lui-même comprend 49 recommandations, certaines portant sur des sujets comme le blanchiment d'argent, la confiscation de biens blanchis, les obligations de vigilance à l'égard de la clientèle ou le signalement des transactions douteuses. Après les multiples scandales mettant en cause l'IOR (Institut des œuvres religieuses, la banque du Vatican), dont le plus compromettant fut le « suicide » sous un pont de Londres en juin 1982 de Roberto Calvi, patron de la Banco Ambrosiano, le Vatican veut tourner la page et changer d'image en matière « financière ». Il s'est doté en 2010 de lois sur la transparence financière, d'une réglementation pour se conformer aux normes internationales en matière de lutte contre le blanchissement d'argent et de financement du terrorisme, sans oublier une Autorité d'information financière (AIF).

A lire aussi