Dossier spécial Fund Forum 2011 - Edito

Un nouveau souffle

le 23/06/2011 L'AGEFI Hebdo

C’est un peu la cerise sur le gâteau. L’avènement de la directive Ucits IV parachève une évolution en profondeur du marché des OPCVM. Objet d’âpres batailles - telle celle en faveur du passeport société de gestion -, elle doit enfin voir ses nouvelles dispositions mises en œuvre au plus tard en juillet de cette année. Elle succède à Ucits III qui, en élargissant le spectre des instruments financiers éligibles aux produits dérivés en particulier, a projeté la gestion de fonds dans une nouvelle ère, celle des techniques de couverture, voire des stratégies alternatives. Avec Ucits IV, l’heure est aux ajustements d’une révolution déjà engagée. Son humble vocation est de fluidifier encore le marché européen des OPCVM, via des fusions transfrontalières de fonds, le recours à des structures maître-nourriciers, une meilleure information des investisseurs grâce au KIID (key information investor document), le passeport société de gestion donc, et surtout des procédures d’agrément entre autorités de régulation plus efficaces.

Car les pratiques commerciales des acteurs de l’industrie des fonds ont déjà considérablement évolué. Le nombre de gérants à dimension internationale a explosé. Près de cent d’entre eux diffusent leurs fonds dans plus de dix pays, révèle le dernier « Global fund distribution » de PwC (source Lipper) : ils étaient cinquante fin 2005, et même quinze fin 2001. De même, près de 8.000 fonds sont dits transfrontaliers (distribués dans au moins trois pays) : ils étaient un peu plus de 5.000  fin 2005. Ni les récents rapprochements entre ténors du métier (BlackRock - BGI, Crédit Agricole AM - Société Générale AM, BNP Paribas AM - Fortis I…), ni les politiques annoncées de rationalisation des gammes sur fond de ralentissement du marché n’ont eu raison de cet irrépressible besoin de multiplier les produits offerts et les marchés à conquérir.

Les sociétés de gestion ne doivent cependant pas céder au scepticisme, face à ces nouvelles règles qui, portées par des régulateurs qui se sont engagés à jouer le jeu, donneront un incontestable nouveau souffle au marché européen.

A lire aussi