PORTRAIT David Lenfant, cofondateur chez Laffitte Capital Management

« Nous sommes davantage des techniciens de marché que des analystes fondamentaux »

le 24/10/2013 L'AGEFI Hebdo

La première fois que je suis entré dans une salle de marché, je me suis dit que c’était là que je voulais travailler », se souvient David Lenfant. C’était à la Banque de Montréal au milieu des années 90 alors qu’il était à HEC. De retour à Paris, il intègre le « 203 » de Dauphine. « L’un des DESS qui a formé toute une génération de ‘traders’ », précise-t-il. Puis il entre au CIC où il va contribuer au développement de la table des dérivés actions aux côtés d’Eric Robbe, Arnaud Yvinec et Gabriel Teodorescu avec qui il créé en 2007 Laffitte Capital Management, l’une des rares sociétés de gestion alternative à avoir élu domicile à Paris. L’un des principaux marqueurs de son ADN est la gestion en valeur relative. « A l’opposé d’une gestion traditionnelle ‘long only’, qui prend un pari sur la direction du marché, nous allons mettre en œuvre notre analyse du marché au travers de positions d’arbitrage », explique le gérant. Et ce afin de dégager une performance régulière, un véritable enjeu pour des investisseurs ne souhaitant plus être soumis aux fortes fluctuations du prix des actifs. La véritable innovation est d’avoir repris les techniques de trading et les outils de la salle de marché de la banque. « Nous sommes davantage des techniciens de marché que des analystes fondamentaux », décrit David Lenfant.

De nombreux traders stars n’ont pourtant pas réussi à percer dans la gestion une fois sortis du cocon de la banque. « Il faut une équipe solide et soudée, la fibre entrepreneuriale, changer en permanence de costume, et passer de gérant à recruteur, de développeur à commercial… Il faut aussi une certaine capacité d’adaptation et une ténacité à toute épreuve », justifie David Lenfant. Surtout, ce dernier reconnaît que la banque offre plus de souplesse avec des stratégies plus concentrées et « leveragées » : « Dans la gestion, vous êtes obligés d'offrir des produits moins volatils et plus diversifiés, car en cas de ‘drawdown’ important, la sanction du client est immédiate. » Laffitte Capital Management propose deux fonds d’arbitrage au format Ucits. Des produits, au bout du compte, moins volatils et en phase avec la culture insufflée par David Lenfant et ses associés.

A lire aussi