L'avis de... Philippe Leroy, directeur France de Raiffeisen Capital Management

« Nous sélectionnons les économies capables de rembourser leur dette »

le 28/04/2011 L'AGEFI Hebdo

Comment repenser le risque souverain ?

Les obligations d’Etat sont une classe d’actifs importante pour les institutionnels, notamment au regard de Solvabilité II et Bâle III qui confirment leur pondération dans les portefeuilles. Les particuliers sont également concernés en raison de la forte présence des émissions souveraines dans les fonds en euros des contrats d’assurance-vie. Investisseurs retail comme institutionnels ont en fait les mains liées à cette classe d’actifs. Or la capacité de certains pays à rembourser leur dette et la baisse des rendements n’invitent pas à s’y exposer. C’est pourquoi nous nous sommes affranchis de l’oligopole des agences de notation et des indices capipondérés qui surpondèrent les Etats les plus endettés, en privilégiant une méthodologie qui n’induit pas de discrimination entre les économies développées et les pays émergents - ces derniers étant par ailleurs créditeurs des premiers depuis deux ans. Notre approche consiste à ne sélectionner que les économies ayant la capacité à rembourser leur dette, en équipondérant huit indicateurs (dette publique, dette externe, compte courant, croissance du PIB…). Résultat : 75 % des émetteurs retenus ont une notation supérieure à A-. Permettant à de grands institutionnels d’y être investis.

A lire aussi