Rencontre avec... Christine Dehesdin, directeur Compensation & Benefits du Groupe GDF Suez

« Nous réfléchissons à l’amélioration de la vision des passifs et des actifs »

le 17/03/2011 L'AGEFI Hebdo

Comment obtenez-vous une bonne vision de la situation des fonds de pension qui dépendent du Groupe GDF Suez ?

Avec des systèmes de retraite très différents d’un pays à l’autre, c’est un vrai sujet pour un groupe international. Nous devons remonter en compte consolidé d’un côté un passif, des engagements de retraites, et de l’autre un actif, les avoirs à même de les couvrir. Pour GDF Suez, ils sont respectivement de l’ordre de 6 milliards d’euros et de 4,5 milliards. Face à des montants aussi significatifs, il est important côté ressources humaines de bien recenser tous nos engagements de paiements futurs de pension vis-à-vis de nos salariés et anciens salariés, et côté direction financière, il est nécessaire d’être vigilant quant à la composition des actifs de couverture, leur qualité, leur risque et leur bonne adéquation aux passifs sociaux.

Comment s’organise leur coordination ?

Pour l’établissement des comptes consolidés, nous envoyons des directives dans les filiales, afin que soient utilisées des règles et méthodes communes en matière de valorisation des passifs sociaux. Cependant, nous ne pouvons pas nous substituer aux entités locales. En outre, nous avons une réflexion sur l’amélioration de la vision groupe des passifs sociaux et des actifs de couvertures associées, sur la définition de grands principes en termes de gouvernance de ces structures, de design des plans, de leur financement, de l’encadrement des risques, de stratégie d’investissement, de suivi des investissements… De même, en matière de gestion financière des actifs, nous avons déjà des structures de regroupement des gestions pour la Belgique et la France, qui font partie des réflexions dans la perspective d’une éventuelle plus grande mutualisation des moyens. Le groupe GDF Suez est jeune et nous voulons avoir une démarche plus systématique.

A lire aussi