Entretien avec... Stefan Keller, responsable de la recherche et des relations externes de la plate-forme de comptes gérés de Lyxor

« Nous continuons à offrir une liquidité hebdomadaire »

le 14/04/2011 L'AGEFI Hebdo

La recherche de transparence des investisseurs vis-à-vis des hedge funds devrait favoriser les plates-formes de comptes gérés. Que constatez-vous ?

Créée en 1998, la plate-forme de managed accounts de Lyxor est composée de fonds ségrégués dont la gestion est confiée à des gérants de hedge funds ayant pour mandat de mettre en œuvre leur stratégie d’investissement, que nous avons sélectionnée mais avec des contraintes de transparence, de liquidité améliorée et de contrôle de risques. Nous constatons un regain d’intérêt depuis l’été dernier, nos encours étant revenus à 11 milliards de dollars en avril 2011, ainsi qu’une diversification de notre base d’investisseurs : les produits structurés qui représentaient à l’origine la majorité des actifs ne comptent plus aujourd’hui que pour 16 %. Ce sont donc essentiellement des investisseurs institutionnels et des fonds de fonds (internes ou externes), qui ont recours à la plate-forme.

A qui est offerte la transparence sur les positions ?

Nous avons une vue exhaustive sur l’intégralité des positions jouées par les gérants sur la plate-forme (environ 40.000 positions), qui sert exclusivement à l’équipe de contrôle des risques de Lyxor AM. Elle veille au respect des règles de gestion définies dans chaque mandat, en termes de liquidité, de concentration, de risque de signature, notamment. Mais nous avons un accord de confidentialité avec les gérants de hedge funds. Aussi les investisseurs externes comme internes ont-ils accès à des positions agrégées du point de vue sectoriel, géographique et par catégories de risques.

Une plate-forme de comptes gérés offre aussi une bonne liquidité des fonds. Avez-vous décidé de la réduire du fait des problèmes de liquidité rencontrés par certains gérants alternatifs ?

La quasi-totalité de nos 101 fonds continuent à offrir une liquidité hebdomadaire. Mais nous tenons à mettre à disposition toutes les stratégies alternatives. Aussi, nous avons intégré depuis 2009 des stratégies adaptées à un contexte de bas de cycle économique, telles que le distressed securities (actifs dépréciés), et susceptibles de bénéficier d’une reprise. Elles ont recours à des instruments financiers parfois plus complexes et moins liquides (loans, structurés de crédit…). Nous avons donc renforcé nos expertises en matière de valorisation et décidé de donner une liquidité mensuelle pour certains de ces produits.

A lire aussi