L'avis de... Xavier Laurent, responsable de la gestion « long-only » chez Natixis Multimanager

« Nous cherchons des gérants de convictions »

le 08/11/2012 L'AGEFI Hebdo

Les fonds de fonds multigérants gérés par Natixis Multimanager sont-ils investis sur le segment des petites et valeurs européennes ?

Nous étions déjà présents sur les fonds small et midcaps en 2011, mais nous avons, cette année, réalisé des arbitrages pour tenir compte de l'évolution des marchés. Nous avons repositionné les portefeuilles vers des produits orientés value et notamment investis en Europe du Sud, au détriment des fonds axés sur les valeurs moyennes de croissance. Ainsi, nous sommes aujourd'hui investis sur trois fonds : Henderson Paneuropean Smaller Companies, Threadneedle Europe Smaller Companies et Oddo Avenir Europe.

Il existe près de 170 fonds de valeurs moyennes européennes. Quels sont vos critères de sélection ?

Nous privilégions toujours les gérants de conviction au détriment des produits indiciels ou très « benchmarkés » car ce sont les mieux à même de profiter de la grande dispersion des performances entre les valeurs dans cette classe d'actifs. On trouve aujourd'hui de très bons gérants de valeurs moyennes dans les boutiques indépendantes, historiquement très présentes sur ce segment, mais aussi dans de grandes sociétés de gestion lorsqu'elles ont su laisser une liberté de mouvement à leurs gérants. C'est donc une question de culture d'entreprise et non de taille de la société de gestion.

En tant qu'investisseur, quelle importance accordez-vous à la liquidité des fonds auxquels vous souscrivez ?

La liquidité est un critère parmi d'autres. En période de stress de marché, nous privilégions les fonds investis sur les valeurs moyennes plutôt que sur les plus petites valeurs, en vérifiant la capitalisation boursière moyenne et médiane du produit. Nous sommes aussi très attachés à la transparence des fonds sur les lignes en portefeuille, et nous préférons les produits dont l'encours reste modéré, qui peuvent céder leurs lignes plus rapidement si nécessaire. Mais en l'absence de stress sur la liquidité, comme c'est le cas actuellement, notre politique est plus accommodante : nous laissons les gérants piloter leur risque.

A lire aussi