Les non-résidents reprennent goût au CAC 40

le 03/10/2013 L'AGEFI Hebdo

Attrait. Fin 2012, les investisseurs non résidents détenaient 46,3 % (410 milliards d'euros) de la capitalisation des entreprises du CAC 40, indique une étude de la Banque de France. La part des non-résidents retrouve des points hauts observés en 2004 et 2006. L'essentiel de la détention des non-résidents consiste en de l'investissement de portefeuille (au sens balance des paiements), c'est-à-dire représentant moins de 10 % des titres d'une société. Au-delà de 10 %, ce sont des investissements directs (IDE) : les avoirs non résidents classés de la sorte représentent 8,1 % du total, soit 33 milliards d'euros fin 2012. La progression de la part des non-résidents s'explique par les variations de cours - les titres achetés par les investisseurs étrangers progressant beaucoup plus vite que l'indice (jusqu'à 50 %) - et les flux d'entrée de capitaux. L'origine géographique des investisseurs ne réserve aucune surprise : d'abord la zone euro, puis les Etats-Unis, et en troisième place le Royaume-Uni. Le document de la Banque de France revient aussi sur les importantes émissions d'actions des sociétés françaises entre 1996 et 2006. Ces émissions ont servi le déploiement de ces sociétés à l'étranger selon le schéma suivant : augmentation de capital, puis échange d'actions françaises contre contre des titres de sociétés détenues par des non-résidents.

A lire aussi