Marché immobilier résidentiel, les indicateurs passent au rouge

le 12/04/2012 L'AGEFI Hebdo

Chute de pierre.

Les dernières statistiques concernant le marché de l’immobilier résidentiel en France font état d’un ralentissement prononcé. Tout d’abord au niveau de la production de crédit à l’habitat. La Banque de France indique que les flux de crédits nouveaux à l’habitat étaient en nette diminution en février à 7,3 milliards d’euros contre 12,4 milliards en janvier et environ 14 milliards en février 2011. Cette baisse de moitié de la production s’accompagne d’une hausse du taux moyen des crédits immobiliers d’une période supérieure à un an, à 4,05 % contre 3,57 % un an auparavant. De son côté, la Chambre des notaires anticipe un recul de 15 % à 20 % des transactions dans le secteur de l’ancien en parallèle à la baisse des volumes d’emprunts. Dans son étude de mars, Crédit Logement fait état d’une réduction rapide de la durée moyenne des emprunts (204 mois en mars contre 215 mois fin 2011). Le mouvement est particulièrement prononcé dans l’ancien : 211 mois en mars contre 222 en février et 226 en juillet dernier). Crédit Logement constate aussi, « avec le recentrage actuel du marché en faveur des clientèles les plus aisées », une progression soutenue de l’apport personnel de plus de 10 % sur un an.

A lire aussi