L'avis de... Michala Marcussen, chef économiste de Société Générale CIB

« L’offre de crédit hypothécaire est mieux régulée »

le 12/12/2013 L'AGEFI Hebdo

Des prix immobiliers de nouveau en hausse et désormais au-dessus de leur niveau d’il y a cinq ans*. Peut-on dire que les ménages américains en ont fini avec leur désendettement ?

Le processus de désendettement des ménages américains arrive à sa fin. Encore quelques trimestres et nous pourrons probablement dire qu’ils ont purgé leur surendettement hérité de la bulle immobilière qui a éclaté en 2007. Pour l’instant, l’endettement des ménages a arrêté de baisser. C’est surtout dû à la reprise du crédit à la consommation qui progresse de 6 % sur un an ; le crédit hypothécaire se stabilisant au troisième trimestre 2013. Quant aux marchés immobiliers résidentiels, ils sont en train de se stabiliser outre-Atlantique. Les prix sont repartis à la hausse. Les données statistiques concernant les shadow inventories – les stocks correspondant aux défauts de paiement et aux prêts non performants – s’améliorent. Le nombre de ménages dits en negative equity, c’est-à-dire ceux dont la valeur de leur bien immobilier reste inférieure au remboursement du capital et des intérêts de leur emprunt, diminue lui aussi. A son sommet en 2010, il représentait 26 % des ménages ayant souscrit un prêt hypothécaire; aujourd’hui il est inférieur à 20 %. Et désormais, la hausse des prix remet mécaniquement des ménages en positive equity. Par rapport au plus fort de la crise, les défauts de paiement de plus de 90 jours et les saisies ont nettement diminué, même s’ils n’ont pas disparu. Enfin, l’encours des prêts aux ménages ne baisse plus ; en revanche les crédits nouveaux progressent moins vite que leur revenu, donc le ratio dette/revenu continue de baisser. On peut dire que c’est du bon désendettement par rapport aux années de crise quand le deleveraging était la conséquence des défauts.

L’accès au crédit est-il toujours restreint ?

Des signes d’amélioration sont visibles, mais le contexte a beaucoup changé par rapport aux années 2000. L’offre de crédit est devenue plus régulée avec une bien meilleure protection du consommateur. Obtenir un prêt nécessite de monter un dossier documenté sur les capacités de l’emprunteur. La leçon de la crise des subprimes a été retenue.

* Données de la FHFA (Federal Housing Finance Agency) concernant l’ensemble du territoire des Etats-Unis.

A lire aussi