L'immobilier d'entreprises francilien souffre

le 11/07/2013 L'AGEFI Hebdo

Repli. « Le marché de bureaux francilien s'est progressivement grippé et s'installe dans une dynamique molle : moins de demande, plus d'offre et des exigences plus fortes des propriétaires sur la solvabilité des locataires », explique Magali Marton, directrice des études de DTZ. L'indicateur Immostat-IPD signale que 833.000 m² ont été commercialisés au premier semestre 2013 (une baisse de 20 % en un an), soit un niveau très inférieur à « la moyenne de longue période de 1.111.000 m² », rappelle BNP Paribas Real Estate. Le recul de la demande placée est de 45 % en deuxième couronne et de 51 % en première couronne. Dans le croissant ouest, le taux de vacance oscille entre 10 % et 17 %. Le décrochage du marché se concentre à la fois sur les grandes surfaces (plus de 5.000 m²) et les petites. L'investissement est le seul indicateur à rester dynamique avec 8,1 milliards d'euros d'engagements sur les six premiers mois.

A lire aussi